Instituto de Ciência Política - IPOL

Reformer Le Credit A La Consommation

Reformer Le Credit A La Consommation

Comment agir pour assainir le secteur du crédit ?

le credit par reserve d'argent fait debatDifficile de concevoir notre société totalement affranchie de l'emprunt lorsque l'on voit notre niveau de dépendance. Normal, ce schéma nous est présenté comme le seul qui soit en mesure de garantir la croissance et, par corollaire, la paix civile et sociale. Contester le principe du crédit revient à désavouer ce qui a fait l'essor de nos grandes compagnies, de nos progrès scientifiques ou encore, ce qui a permis à de nombreux ménages d'acquérir leur maison ou appartement. En théorie, l'emprunt n'est pas foncièrement une mauvaise chose, mais l'abondance de crédit à la consommation est en revanche un mal contre lequel il faudra tôt ou tard s'attaquer.

De l'emprunt sain et utile au prêt renouvelable à profusion

Que ce soit pour de l'immobilier ou pour de l'entrepreneuriat, il y a des projets qui ne peuvent voir le jour sans l'obtention d'un emprunt. Du côté des ménages, le prêt personnel est également nécessaire lorsqu'il faut changer de véhicule, construire une véranda ou financer les études des enfants. En fait, le crédit est peu dénoncé lorsqu'il permet de concrétiser un projet précis et réellement utile à long terme pour une personne ou pour une communauté (mais seulement si le taux d'intérêt reste correct). Si le dossier de l'emprunteur est solide et qu'il présente en plus les justificatifs requis pour persuader la banque, il ne devrait pas avoir de problèmes à obtenir son crédit. Toutefois, les crédits que l'on appelle revolving (appelés aussi « crédits renouvelables ») sont les plus ruineux dans les familles. En raison d'abord de leurs taux très élevés, mais surtout par leurs règles de remboursement (réserve d'argent reconstituée au fur et à mesure des mensualités) qui a pour conséquence de créer un cercle vicieux et qui alimente le sur-endettement. Les clients s'en servent surtout pour des achats en magasin grâce à une carte de crédit fournie, ou alors pour se constituer une réserve à utiliser en cas d'urgence. Lorsqu'il est en sa possession, son utilisateur peut être poussé à faire des achats compulsifs à cause de cette réserve qui peut donner cette fausse impression d'avoir constamment de l'argent. Dans le cas où aucune initiative visant à limiter sérieusement les taux, ou même une interdiction sans détour de ce type de crédit n'est décidée, alors la lutte contre le sur-endettement est quasiment perdue d'avance.

Cette mesure pourrait pousser les prêteurs à mener une réflexion sur de nouvelles formes de crédit moins addictives.

Si les organismes ne jouent pas le jeu, comment réalimenter la distribution de prêts ?

Si le crédit renouvelable était amené à disparaître, il est probable que ce soient les grands distributeurs et les sites de vente en ligne qui en souffriraient les premiers. Ce crédit est beaucoup utilisé pour équiper son habitation (électroménager, meubles, électronique etc.). Seulement, rien ne dit que les établissements de crédit voudront se mettre aux micro-crédits personnels pour combler la disparition du crédit renouvelable et de son fort taux d'intérêt.
Des alternatives devront alors vite être déployées.

Dans cette optique, il est possible d'imaginer que l’État aide des acteurs de la distribution (grande, petite et en ligne) pour le développement d'un organisme de crédit de « métier ». Ce nouveau service obtiendrait l'appui de l’État et proposerait des offres de prêt personnel entre 500 et 2000 euros pour toute personne qui exprimerait la volonté de régler ses achats par crédit. La gestion pourrait être confiée à une entreprise nouvellement créée ou à une société spécialisée et les administrateurs auraient un large pouvoir de décision. Si le projet se concrétise, il est possible d'imaginer que les clients se voient attribuer une carte de paiement associée à leur prêt, mais sans le système de réserve d'argent. S'ils se mutualisent, les distributeurs auraient plus à y gagner et les acheteurs pourront faire des économies d'intérêts.

Une autre piste consisterait à favoriser le crédit entre particuliers. Les demandeurs seraient invités à se rendre sur une plateforme d'intermédiation afin de faire une simulation de crédit personnel. En utilisant cette plateforme, les emprunteurs réaliseraient une simulation, puis une demande de crédit en ligne. Suivant le profil, les investisseurs décideraient (ou non) d'octroyer le prêt personnel. La création d'un tel réseau est facilement réalisable d'un point de vue matériel. Toutefois, et pour que le grand public adhère à ce projet, une importante campagne de communication sera nécessaire.


L'ultime initiative consisterait à entamer des négociations avec la Banque Centrale Européenne pour qu'elle dise oui à un investissement direct dans les sociétés publiques de crédit. Le credit renouvelable et ses taux excessifs principal argument serait que les investissements soient directement ré-injectés dans l'économie marchande et non pas utilisés à des fins de spéculation boursière.
Você está aqui: Reformer Le Credit A La Consommation